Archives pour la catégorie Actions et campagnes

Budget Leitao : « Toujours rien pour les organismes en défense de droits », se désole le Regroupement des organismes en défense collective des droits

Montréal, le 29 mars 2017 – Le Regroupement des organismes en défense collective des droits (RODCD) est exaspéré de constater que le budget du gouvernement du Québec ne prévoit aucun rehaussement du financement des organismes en défense collective des droits qui doivent faire face à un sous-financement criant devenu intenable. Pour Marie-Hélène Arruda, porte-parole du RODCD, la situation est vraiment critique à un point tel qu’on voit de plus en plus d’organismes contraints de fermer leurs portes : « Que des groupes qui ont près de 50 ans d’existence en viennent à envisager de fermer leurs portes à cause d’un manque de ressources est extrêmement grave. Il aurait tellement fallu que le gouvernement injecte des sommes supplémentaires dans ce budget; les groupes sont à bout de souffle, ils ne voient plus la lumière au bout du tunnel ».

Les organismes en défense collective des droits sont non seulement parmi les organismes les moins bien financés de toute l’action communautaire, mais leur financement est gelé depuis plus de 10 ans et aucune politique d’indexation n’existe. Les conséquences de cette absence de rehaussement et d’indexation sont de plus en plus lourdes : « Comment ces groupes peuvent-ils réaliser pleinement leur mission avec les mêmes sommes d’argent qu’il y a dix ans, alors que les coûts, eux, ne cessent d’augmenter? Cette situation se traduit au final par de l’épuisement professionnel, des coupures de postes et pire encore, par des fermetures d’organismes. Mais le plus grave dans tout cela, ce sont les conséquences de ces fermetures et coupures sur les droits de la population québécoise et particulièrement sur ceux des personnes en situation de vulnérabilité », de renchérir Mme Arruda.

Le Regroupement des organismes en défense collective des droits considère que le fait de laisser les organismes en défense collective des droits dans un tel état de pauvreté perpétuel témoigne de l’importance – ou plutôt du manque d’importance – accordée par le gouvernement Couillard aux droits fondamentaux et à la pleine réalisation des droits socio-économiques de la population.
Avec un financement gouvernemental moyen de 54 000$, les organismes en défense collective des droits sont à bout de souffle. Soulignons que 20% d’entre eux n’ont qu’à peine 30 000$ par année.
Pour mettre fin aux tragiques conséquences du sous-financement, le RODCD exige un rehaussement de 40 millions du financement à la mission des organismes de défense collective (dont le financement de groupes encore non-financés), un mécanisme d’indexation ainsi que des sommes supplémentaires pour la pleine participation des personnes aux prises avec des limitations fonctionnelles.

Le Regroupement des organismes en défense collective des droits est composé de plus d’une vingtaine d’organismes et de regroupements nationaux dont la Fédération des femmes du Québec, le Front populaire en réaménagement urbain, l’Association québécoise de défense des droits des personnes retraitées et préretraitées, etc. Le RODCD œuvre à la reconnaissance et au financement des organismes en défense collective des droits et représente ainsi plus de 350 organismes au Québec.

- 30 -

PHILIPPE COUILLARD VA À L’ENCONTRE D’UNE POLITIQUE GOUVERNEMENTALE : LES DROITS ÇA SE DÉFEND COLLECTIVEMENT, PAS AU MÉRITE !

Montréal, le 14 mars 2017 – Le Regroupement des organismes en défense collectives des droits (RODCD) proteste contre la déclaration du premier ministre du Québec, hier matin, à Roberval, après qu’un groupe de sans emplois de son comté ait annoncé qu’il devait fermer temporairement ses portes pour une énième fois. Philippe Couillard, s’est défendu en affirmant que le gouvernement regarde « la situation de tous les organismes à leur mérite ». « C’est tout simplement scandaleux! », s’insurge Véronique Laflamme, porte parole du RODCD et du Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU). Elle rappelle que le RODCD revendique justement un rehaussement de 40 millions $ du financement de base des organismes de défense collective des droits dans le budget qui sera déposé le 28 mars. Elle ajoute que « c’est à cette seule condition que des groupes comme le Mouvement Action-Chômage Lac-Saint-Jean pourront mener à bien leur mission à l’année longue », affirme madame Laflamme. « Il est urgent que le gouvernement réagisse et réponde enfin aux revendications du RODCD ! », conclut-elle.

Selon le Regroupement, les organismes en défense collective des droits sont parmi les organismes communautaires les moins bien financés; leur financement annuel moyen dépasse à peine 50 000$ par année. Pire encore, 20% des organismes en défense collective des droits qui reçoivent du financement gouvernemental – car n’oublions pas que près d’une trentaine d’organismes attendent toujours d’être financés – se retrouvent dans la situation extrêmement précaire du Mouvement Action-Chômage Lac-St-Jean, avec un maigre 30 000$ par année. « Le plus triste c’est que la situation du Mouvement Action-Chômage Lac-St-Jean n’est vraiment pas un cas isolé. Malheureusement, plusieurs organismes en défense collective des droits se voient contraints de fermer périodiquement leurs portes faute de financement adéquat », déplore Marie-Hélène Arruda, coordonnatrice du RODCD et du Mouvement autonome et solidaire des sans-emploi (MASSE). « Ce que le gouvernement a dit est tout simplement insultant, quand on voit à quel point les membres des conseils d’administration, les employé.e.s et les bénévoles de ces organismes font des miracles avec si peu de moyens, et comment ils se démènent pour améliorer les conditions de vie des personnes les plus vulnérables », renchérit Mme Arruda.

Le RODCD note que la déclaration du premier ministre va à l’encontre de la Politique de reconnaissance et de soutien de l’action communautaire, adoptée en 2001 par le gouvernement. Celle-ci prévoit que les organismes soient financés pour leur mission globale; elle engage Québec à reconnaitre l’importance de l’action communautaire dans l’exercice de la citoyenneté et du développement social et à assurer aux organismes un financement stable et continu. « Dans cette politique, le « mérite » n’est en aucun cas un critère de financement », renchérit Mme Arruda.

Le Regroupement des organismes en défense collective des droits est composé de plus d’une vingtaine d’organismes nationaux tels que la Fédération des femmes du Québec, l’AQDR, le MASSE et le FRAPRU. Le RODCD œuvre à la reconnaissance et au financement des organismes en défense de droits et représente ainsi plus de 350 organismes au Québec.

-30-

Marie-Hélène Arruda, coordonnatrice du RODCD, (514) 524-2226.

Véronique Laflamme, porte parole du RODCD et du FRAPRU, (418) 956-3403.

Visite des députéEs par la DCD – fin septembre/octobre 

Le RODCD vous invite, en ce début d’automne, à aller rencontrer vos députés provinciaux afin de les sensibiliser aux enjeux des organismes en défense collective des droits. Pour ce faire, nous avons conçu le document suivant:

document_dcd_deputes_automne2016vf

L’objectif est de faire connaître les organismes en DCD et surtout de faire valoir nos revendications afin que les députés présentent nos demandes au Premier ministre ou les fasse cheminer au sein de leur parti.

Le RODCD invite les organismes qui n’ont pas l’intention d’aller visiter leurs députéEs en octobre à minimalement leur envoyer le document.

Tournée de formation de la Défense collective des droits

Un formation pour: 

  • S’approprier davantage les critères (4)[i] et les manifestations liées aux groupes de défense collective des droits (DCD).
  • Aider les groupes à rendre plus visible et mettre davantage en valeurs leurs pratiques en lien avec les 4 critères et manifestations de la DCD.

Pour savoir quand nous serons dans votre région, consulter le calendrier ci-joint Calendrier  et la description de la formation

[i] Les quatre critères du programme Promotion des droits sont : Éducation populaire autonome, Analyse politique non partisane, Mobilisation sociale, Représentation.

Grève, fermeture des 2-3 novembre : une mobilisation historique du commuanutaire

Un bilan plus que positif!

12182956_1241730079185889_5220686748962674321_o

Comment peut-on introduire le bilan d’une mobilisation sans précédent, jamais vu pour le mouvement communautaire ? Car c’est bien de cela dont on parle, pensez-y : pendant deux jours, 1431 organismes ont fermés leurs portes, ont fait la grève, ont interrompu leurs activités et ont participé à des actions organisées aux quatre coins du Québec ! WOW !

Le communautaire a su démontrer  qu’il était loin d’être résigné face à l’austérité imposée par le gouvernement. Au contraire, le communautaire est un mouvement uni, fort et en action contre cette austérité qui détruit notre filet social!  Après une telle mobilisation, ce n’est pas le temps de baisser les bras! Le Québec bouge de partout et le communautaire aussi!

Bulletin, spécial bilan (PDF)

Bulletin, spécial bilan (Word)

Revue de presse (en évolution)

 

Journées de grèves, fermetures, interruptions d’activités du communautaire les 2-3 novembre

bandeauFacebookLes campagnes Je tiens à ma communauté, je soutiens le communautaire ainsi que Les droits ça se défend, appellent à deux journées de grèves / fermetures / interruptions d’activités les 2-3 novembre prochains. Des centaines de groupes communautaires feront partie du mouvement.

À ce jour, 201 organismes en défense collective des droits seront en grève ou fermés les 2-3 novembre!  

Au total,  1160 groupes d’action communautaire autonome seront en grève ou fermés!

Ci-bas, vous trouverez la liste des groupes. Cette liste est bien sûr appelée à grossir puisque plusieurs organisations votent actuellement des mandats.

Vous ne faites pas partie de la liste et votre groupe fera partie du nombre ? Inscrivez le nom de votre organisation à l’adresse :http://bit.ly/FicheParticipation2-3nov.
Nous l’ajouterons à la liste.

Voir la liste des organismes en grève, fermés ou en interruption d’activité

Voir le calendrier des actions des 2-3 novembre

Pourquoi seront nous en grève, fermés ou en interruption d’activités?

En coupant les services et en détériorant les droits des personnes marginalisées et en situation de pauvreté, l’austérité s’attaque aux organismes communautaires. Ainsi, plus les besoins de la population augmentent, plus les groupes sont sollicités, sans pour autant voir leur financement rehausser.

Ce sous-financement des organismes communautaires ne date pas d’hier et l’austérité fragilise nos organisations, les empêchant de remplir pleinement leur mission. Après les campagnes de lettres, de courriels et de fax, après les rencontres avec les députés et députées, les ministres et les bailleurs de fonds, après les pétitions, les activités d’éducation populaire, les campagnes de sensibilisation, les témoignages, les conférences de presse, les communiqués, les études, les marches, les rassemblements et les manifestations, que peut-on faire de plus ?

Nous croyons qu’il est temps de hausser le ton et de mettre de la pression sur un gouvernement qui refuse de nous financer correctement et qui démantèle nos services publics et nos programmes sociaux. Nous décidons de fermer, de faire la grève et d’interrompre nos activités pour être enfin entendus.

Nos revendications
Bien que les deux campagnes coordonnant cette action aient des revendications s’adressant à des ministères différents, elles portent collectivement les revendications suivantes :

  1. Le respect de l’autonomie des organismes communautaires et la reconnaissance de leur travail comme moteur du progrès social;
  2. Le plein financement à la mission globale de tous les organismes d’action communautaire autonome qui y ont droit;
  3. L’indexation annuelle des subventions pour suivre l’augmentation des coûts de fonctionnement;
  4. La fin des compressions budgétaires et un réinvestissement majeur dans les services publics et les programmes sociaux.

Matériel visuel :

Liste des organismes en grève, fermés ou en interruption d’activités les 2-3 novembre

Les campagnes Je tiens à ma communauté, je soutiens le communautaire ainsi que Les droits ça se défend, appellent à deux journées de grève / fermetures / interruption d’activités les 2-3 novembre prochains.

Des centaines de groupes communautaires seront en grève, en fermeture ou en interruption d’activités les 2 et 3 novembre prochain.

À ce jour, 1236 groupes ont confirmé leur participation.

Ci-bas, vous trouverez la liste des groupes. Cette liste est bien sûr appelée à grossir puisque plusieurs organisations votent actuellement des mandats.

Vous ne faites pas partie de la liste et votre groupe fera partie du nombre ? Inscrivez le nom de votre organisation à l’adresse :http://bit.ly/FicheParticipation2-3nov.
Nous l’ajouterons à la liste.

Pour en savoir plus sur les actions organisées, consultez le calendrier des actions

Voir la liste des organismes :  Continuer la lecture

Manifestation pour la défense collective des droits le 18 septembre

Bandeau-18-septembre
Le 18 septembre, ces organismes, leurs membres et leurs alliés manifesteront à Québec pour réclamer des engagements à long terme au ministre Sam Hamad ainsi que les 40M$ supplémentaire dont ils ont besoin pour accomplir pleinement leur mission. Lors de cette manifestation, une pétition témoignant de l’appui de la population envers leur travail sera déposée. Continuer la lecture

Pétition : Les droits, ça se défend collectivement

Pour une plus grande reconnaissance et un meilleur financement des organismes en défense collective des droits (DCD).

Le RODCD a lancé aujourd’hui une pétition afin de demander au gouvernement du Québec de reconnaître la contribution essentielle des organismes en défense collective des droits:

1- en leur accordant un rehaussement de 40 millions$ de leur financement, permettant ainsi le financement de nouveaux groupes,

2- en indexant annuellement leurs subventions,

3- en leur accordant des sommes supplémentaires pour couvrir les frais liés à la pleine participation des personnes ayant des limitations fonctionnelles et

4- en signant avec eux des ententes de financement d’une durée minimale de 3 ans.

Lien pour signer la pétition : http://www.petitions24.net/rodcd