Rehaussement du financement des groupes en défense collective des droits: une étape importante qui vient pallier à un sous financement chronique

Montréal, le 19 juillet 2019 – Après une année de mobilisation soutenue, le Regroupement des organismes en défense collective des droits (RODCD) et ses membres se réjouissent de l’annonce du ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, M. Jean Boulet, concernant la répartition du rehaussement prévu en 2019-2020, dans le cadre de la mesure 19.2 du Plan d’action gouvernemental pour l’inclusion économique et la participation sociale 2017-2023 (PAGIEPS).

Les personnes représentant le RODCD, le RQ-ACA et les groupes de la DCD de la région de la Mauricie lors de la conférence de presse

Cette répartition enfin dévoilée permettra à 252 organismes d’atteindre des montants minimaux en fonction de leur pallier territorial de façon à réduire les iniquités historiques du programme de financement à la mission des organismes de défense collective des droits. Les groupes à vocation locale pourront maintenant bénéficier d’un financement minimal de 71 500 $ afin d’assurer leur mission de base. Pour leur part, le financement minimal atteint dorénavant un montant de 85 000 $ pour les groupes régionaux et 115 000 $ pour les groupes nationaux. Ainsi, ce rehaussement permettra en particulier aux groupes les moins bien financés d’augmenter significativement leur financement.

Le ministre a entendu les besoins et l’expertise de notre milieu en favorisant un scénario de répartition qui permet de réduire les iniquités historiques dans notre mouvement qui souffre depuis trop longtemps d’un sous-financement chronique et de disparités structurelles »

Jana Tostado, présidente du RODCD et coordonnatrice au Mouvement d’éducation populaire et d’action communautaire du Québec (MÉPACQ)

De plus, l’ensemble des 310 organismes communautaires actuellement financés dans le programme bénéficieront également d’une augmentation uniforme de 3,96 % de leur financement annuel afin de soutenir leurs actions. « Le financement à la mission de base est la meilleure garantie pour assurer l’autonomie des groupes et une réponse adaptée aux besoins spécifiques de chaque communauté » rappelle Jana Tostado.

Enfin l’inclusion des groupes en attente

Le RODCD a milité pour que les groupes reconnus mais encore en attente, souvent depuis de nombreuses années, bénéficient enfin d’un premier financement. Le RODCD salue donc la décision de leur dédier une enveloppe de 2,6 M $. Il faut maintenant s’assurer que cet argent soit rapidement mis à disposition de ces organismes, pour qui l’obtention de cette première subvention à la mission globale est une question de survie.

Marie-Andrée Gauthier, vice-présidente du RODCD, Jean Boulet, ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, et Jana Tostado, présidente du RODCD

Un montant voué à la défense des droits des personnes lesbiennes, gaies, bisexuelles, trans et queer (LGBTQ)

À la suite d’un travail effectué en collaboration avec le ministère de la Justice, en reconnaissance d’enjeux intersectoriels spécifiques, le ministère du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale (MTESS) a également choisi de porter une attention particulière au financement des organismes en défense collective des droits pour les personnes LGBTQ en leur consacrant un montant additionnel de 348 288 $.

Vers la pleine reconnaissance : des pressions à poursuivre

Finalement, les besoins de consolidation demeurent encore très importants pour l’ensemble des groupes en défense collective des droits, quel que soit leur niveau de financement actuel. Rappelons que le RODCD revendique depuis plus de 10 ans l’atteinte des 40 M $ nécessaires dans le programme Promotion des droits, pour répondre adéquatement aux besoins et permettre aux groupes en défense collective des droits de remplir pleinement leurs missions.

« Si aujourd’hui nous pouvons nous féliciter d’un rehaussement historique représentant 25% de nos revendications financières, c’est grâce à la forte mobilisation et à la grande solidarité au sein de notre mouvement. C’est sur ces bases que nous continuerons à revendiquer l’importance de soutenir adéquatement les centaines d’organismes dans les 17 régions du Québec qui œuvrent en défense collective des droits » conclue Marie-Andrée Gauthier, vice-présidente du RODCD et coordonnatrice du Réseau des Tables régionales de groupes de femmes du Québec (RTRGFQ).

Pour visionner la conférence de presse, cliquez ICI

Pour consulter les listes des rehaussements 2019-2020 pour tous les organismes en DCD par région:

Le RODCD rassemble 18 regroupements et groupes nationaux. Il représente et défend les intérêts de plus de 300 organismes communautaires en défense collective des droits partout au Québec. Il est reconnu par le gouvernement pour être son interlocuteur privilégié en la matière.

Une réflexion sur « Rehaussement du financement des groupes en défense collective des droits: une étape importante qui vient pallier à un sous financement chronique »

Les commentaires sont fermés.